Vous êtes ici

L’IMPLICATION DES SERVICES PUBLICS D’EMPLOI DANS LE DÉVELOPPEMENT DE L’EMPLOI VERT

11.12.2018 to 13.12.2018

Programme

Informations Pratiques

Formulaire d'inscription en ligne

 

 

 

 

Mardi, 11 décembre 2018

 

Départ des hôtels à 07h45

 

8h30

Accueil

 

9h00-10h00

Cérémonie d’ouverture

 

Maitre de cérémonie : Ricardo NANADOUMNGAR LABE 

 

Fayçal Hissein HASSAN ABAKAR, Directeur de l’ONAPE, Tchad

 

Ibrahim AG NOCK, Vice-président AMSEP Région Afrique, Directeur général de l’ANPE, Mali

                 

                   Camille MOUTE A BIDIAS, Président d'honneur de l'AMSEP, Directeur Général du FNE,  Cameroun

 

Mahamat NASSOUR ABDOULAYE, Ministre de la Promotion des Jeunes, des Sports et de l’Emploi, Tchad

 

10h00-10h30

Pause-café

 

10h30–11h00

Présentation de l’ONAPE par son Directeur Fayçal Hissein HASSAN ABAKAR

 

 

11h00-12h30

Session introductive

 

Intervenants :

Kees VAN DER REE, Expert Socieux+, Pays-bas

 

 

 

Emry NOUBARADOUMADJI, Ministère de l’Economie et de la Planification du Développement, Tchad

 

 

 

Igor AGUEH, Directeur Général Adjoint / Méthodologue – Prospectiviste, ANPE, Bénin : « Economie verte et emplois verts : lien forcé ou lien naturel »

 

 
 

12h30-14h00

Déjeuner

 

 

 

14h00-15h30

 

Session 1 « Les emplois verts dans l’Agriculture »

 

Modérateur : Edmond Comlan AMOUSSOU, Directeur Général, ANPE, Togo

Intervenants :

Mahamat SORTO, Assistant du Représentant chargé de programme, FAO, Tchad

 

 

Bréhima Noumbary SIDIBE, Chef du Département Coopération Migration (DCM), ANPE, Mali

 

 

Djamal AL-FAROUKH, Ingénieur Agronome, Coordinateur Projet Union Européenne, Ministère de l'Agriculture, Tchad

 

Mahamat NASSOUR HISSEINE, Chef de Division de Perfectionnement de l’Auto-emploi et de l’Appui à l’Emploi rural et Konguila MAKAYE, Chef d’Agence, ONAPE N’Djamena, Tchad

 

Ronduba MBAIRAMADJI, Promoteur de l'ONAPE, Tchad

 

 

15h30-15h45

Pause-café

 

15h45-18h00

Dominique KASSRAM, Secrétaire Général ferme KORASBE de Kemkian et Coordonnateur Verger Eden, Tchad

 

Christine MANMADJI, Formatrice Aprofikam, Tchad

 

 

Djibrine NGARMIG-NIG, Ingénieur de Conception En Equipement Rural, Agri-Vert, Tchad

 

 

 

Robert TAMALTAN, Président, et Ndakoumrat MORALBEYE,Secrétaire Général, Groupement Ndouya Allah, Tchad

 

 

Casimir NGARESSENAN KOUMALTODE, Responsable, Groupement Révolution Agricole et Relance Économique au Tchad (RARET), Tchad

 

 

Alexis AROUDJOUN, Président, Entreprise AgricoleJardin d’Eden, Tchad

 

 

Départ vers hôtels à 18h00

 

Départ à 19h00 vers le restaurant

 

20h00

Dîner officiel dans Les Jardins du Ledger Plaza

 

Mercredi, 12 décembre 2018

 

Départ des hôtels à 07h45

 

8h30-11h00

Session 2 « Les emplois verts dans la Transformation »

 

Modérateur : Kees VAN DER REE, Expert Socieux+, Pays-Bas

Intervenants :

Françoise BELINGA BIBI, Directrice Agence Centrale, FNE, Cameroun

 

 

Jean Louis KOUADIO, Directeur Général, AEJ, Côte d’Ivoire

 

 

Véronique SOLOUMTA NALTANA, Secrétaire Générale, Coopérative pour la promotion des AGR de Guide-Mboh/Koko, Tchad

 

11h00-11h30

Pause-café

 

11h30-13h00

Zoom 2 Quelles stratégies de développement des activités de transformation à destination des femmes

 

Ce temps d’échange sera animé par le Ministère de la femme, de la protection de la petite enfance et de la solidarité nationale et mettra en lumière des actions spécifiques en matière de transformation.

Adoum Hamid ISMAIL, Directeur Général de l’Equité de Genre, Ministère de la Femme, de la Protection de la Petite Enfance et de la Solidarité Nationale, Tchad

 

 

Elisabeth NADJIYAM MAGUEBAYE,Présidente des groupements féminins de transformation des produits locaux, Tchad

 

 

Brigitte ROKOULE NEKIAN, Présidente de l’Union des Femmes en Marche pour le Développement, Tchad

 

13h00-14h30

Déjeuner

 

14h30-17h00

Session 3 « Les emplois verts dans l’Environnement »

Modératrice : Christine MALECKA-VLERICK, Consultante Senior (AMSEP)

 

     Diffusion de deux courtes vidéos sur le développement d’actions en faveur du développement des emplois verts en France (Plateforme de e-learning, retour d’expériences dans des régions françaises)

 

Intervenants :

           Sauria MIAN-HINGAM, PDG du Groupe MIAN, Tchad

           

 

 

Chunyu LIANG, Conseiller Technique Principal, Centre Régional de Collaboration, UNFCCC- Banque Ouest Africaine de Développement, Togo

 

 

Amadou Mamane BAKO,Directeur Administratif et Financier, Marcelin SANOU, Chef de Service Planification, Suivi- Évaluation etAlexis Remadji N’GANGTAR, Directeur de la Planification et Suivi Évaluation, Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte, Mauritanie et Tchad

 

 

El Madani BEL MADANI, Directeur Agence, ANAPEC, Maroc

 

Départ vers hôtels à 17h00

 

Départ à 18h30 vers le restaurant

 

19h30

Dîner au Restaurant Layalina

 

Jeudi, 13 décembre 2018

 

Départ des hôtels à 8h00

 

9h00-10h30

Zoom 3 « Les Programmes nationaux créateurs d’emploi dans la filière de l’environnement »

 

Ce temps d’échange sera animé par le Ministère de l'Environnement, de l'Eau et de la Pêche et permettra d’échanger avec des acteurs de cette filière de manière experte sur les programmes spécifiques portés par le Ministère mais également des acteurs étrangers.

 

 

Mahamat DJIMADINGAR, Professeur certifié de géographie, Point focal de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, Tchad

 

 

Chunyu LIANG, Conseiller Technique Principal, Centre Régional de Collaboration, UNFCCC- Banque Ouest Africaine de Développement, Togo

 

Blaise MOUGA MASDEWEL, Chef de Division Forêt, Ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Pêche, Tchad

 

10h30-11h00

Synthèse des travaux de la conférence

 

Mahamat Saleh LOUKOUMI, Chef d’Agence ONAPE Sarhr, Tchad

 

11h00-11h30

Pause-café

 

11h30-12h30

Cérémonie de clôture

 

 

Eve-Marie MOSSERAY, Secrétaire exécutive de l’AMSEP

         

          Fayçal Hissein HASSAN ABAKAR, Directeur de l’ONAPE,                 

          TchadMahamat NASSOUR ABDOULAYE, Ministre de la Promotion des Jeunes, des Sports et de l’Emploi, Tchad

 

La croissance économique mondiale a augmenté en 2017, pour se situer à 3,6 %. Pourtant, le taux de chômage reste élevé, avec plus de 190 millions de chômeurs sur les cinq continents.

Ce chiffre cache toutefois d'importantes disparités entres les différentes régions du monde.

 

Les pays développés devraient bientôt entrer dans leur sixième année consécutive de baisse des taux de chômage, tandis que les pays émergents et en développement enregistrent une hausse continue et significative de ces mêmes taux, sous l’effet, notamment, de forts ralentissements économiques en partie dus à la chute des prix des matières premières dans bon nombre de grandes économies. 

 

Les prévisionnistes annoncent une augmentation du nombre de chômeurs dans les pays en développement de l’ordre d’un demi-million par an en 2018 et 2019 (le taux de chômage restant aux alentours de 5,3 %).

 

En Afrique, plus particulièrement, la croissance économique attendue est estimée à 2,1 % avec encore des disparités nationales au regard de la capacité d’exportation des pays. Cependant, le taux de chômage en Afrique subsaharienne a atteint un alarmant 7,2 % en 2017 avec, de surcroît, le taux d’emploi vulnérable le plus élevé au monde, qui se maintient aux environs de 66 %. Cela signifie qu’en 2018 près de 9 millions de personnes se trouvent en situation de vulnérabilité.

 

Les économies africaines et, a fortiori, de l’Afrique subsaharienne sont donc confrontées au défi de garantir une croissance inclusive en résistant à la forte volatilité des prix des matières premières. Et cela dans un climat géopolitique parfois défavorable et dans un contexte de changement climatique important.

On voit sans trop de difficultés la nécessité pour les Etats d’évoluer vers une diversification économique durable pouvant donner des résultats positifs en matière de développement de travail décent et de réduction de la pauvreté.

 

Le Tchad n’échappe pas à ces constats et le Gouvernement a pris de grandes décisions afin de favoriser le développement d’emplois dans des secteurs porteurs répondant à la fois aux grands enjeux de développement durable et aux besoins et attentes des citoyens. Et ce sur l'ensemble du territoire.

 

Les études menées au niveau mondial montrent toutes sans exception que le processus de transition vers une économie durable implique immanquablement la création de postes et emplois nouveaux et de meilleure qualité.

 

On trouve ces emplois dans un grand nombre de secteurs de l’économie, de l’approvisionnement énergétique au recyclage, en passant par l’agriculture ou encore la construction et les transports. Ils contribuent à diminuer la consommation d’énergie, de matières premières et d’eau grâce à des stratégies d’amélioration du rendement, à réduire les émissions de carbone dans l’économie, à minimiser ou à éviter totalement toutes les formes de déchets et de pollution et à protéger et restaurer les écosystèmes et la biodiversité. (Source Rapport du PNUD)

 

Le gouvernement tchadien, au regard des caractéristiques nationales, souhaite, dans un premier temps, s’orienter vers la préservation de l’environnement, la rénovation de son agriculture ainsi que la transformation des produits agricoles.

 

En effet, une volonté forte de diversifier l’économie est au cœur des préoccupations gouvernementales. Plus de 39 millions d’hectares cultivables sont disponibles et ne demandent qu’à être exploités et le produit des récoltes transformé.

 

À travers une agriculture « rénovée » et durable, il deviendrait possible de créer des emplois salariés dans des exploitations de tailles diverses, et de diversifier les sources de revenus à la faveur d’une transition vers une agriculture de conservation à même de maintenir voire d’améliorer le potentiel agronomique des sols tout en conservant une production régulière, rentable et respectueuse de la planète.

 

Complétée par des mesures de soutien aux travailleurs, l’adoption de l’agriculture de conservation peut contribuer à la transformation structurelle de l’agriculture nationale. 

 

En parallèle, la conversion à une économie circulaire qui met l’accent sur la réutilisation, le recyclage, la remise à neuf et la réparation des biens, aux antipodes du modèle traditionnel d’«extraction, production, utilisation et élimination», peut également constituer un vivier important d’emplois neufs.

 

Challenge séduisant et porteur d’un développement intéressant pour une nation me direz-vous ?

Bien évidemment, mais il ne vient pas sans prérequis. 

Il faut non seulement avoir une connaissance fine du territoire et de son potentiel, mais également des personnes, jeunes ou moins jeunes, convaincues du bienfondé de ce projet et disposées à se diriger vers ces nouveaux métiers. 

La tâche n’est pas si aisée quand on sait à quel point les emplois dans le secteur public attirent bon nombre de nos concitoyens africains persuadés que leur salut se trouve au cœur des cités et dans les emplois de bureau.

 

Il est donc nécessaire de leur démontrer qu’un retour au secteur agricole est possible et qu’il leur permettra de vivre d’un travail qualifié, enrichissant, porteur de développement et près des leurs.

 

 

Il est également nécessaire de construire des partenariats efficaces avec les collectivités locales, mais également de mettre en place les dispositifs de formation ad hoc à destination des candidats.

 

Pays: 
Tchad
Region: 
Afrique