Vous êtes ici

Canada: Façons innovantes d’identifier les besoins des jeunes réfugiés au Canada

09 mars 2017
Centre pour les nouveaux arrivants de Calgary

Suite à l’annonce de 2015 du gouvernement du Canada d’accroître l’aide fournie pour soutenir les personnes qui sont déplacées, persécutées et ont le plus besoin de protection, le nombre de réfugiés que reçoit le Canada chaque année a doublé. 

 

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada est chargé de l’établissement et l’intégration des réfugiés. De son côté, Emploi et Développement social Canada (EDSC) œuvre pour répondre aux besoins en matière d’emploi des personnes se trouvant déjà dans le pays et de celles devant y arriver, y compris pour évaluer les incidences à long terme de la façon dont le Canada épaule les nouveaux arrivants les plus vulnérables dans leur intégration. 

 

Dans le cadre d’une analyse des programmes d’EDSC visant à appuyer l’intégration des réfugiés sur le marché du travail, des lacunes éventuelles concernant les personnes âgées de 15 à 30 ans ont été cernées. Compte tenu de l’étape de développement de la vie des jeunes, ce groupe spécifique a des besoins particuliers qui diffèrent de ceux d’autres groupes d’âge. EDSC a retenu les services d’un consultant pour examiner les mesures de soutien actuelles et proposer l’exécution de projets pilotes permettant d’aider les jeunes réfugiés. 

 

À l’aide de techniques de recherche ethnographique, le consultant a travaillé directement avec les jeunes réfugiés, y compris les syriens, et les fournisseurs de services directs. Des méthodes visuelles, comme l’élaboration de scénarios pour recueillir des données ou parvenir à des métaphores et thèmes pour guider les entrevues ont été utilisées. Cette approche comportait d’utiliser des stylos et du papier pour élaborer un scénario d’une interaction ou d’une journée typique. Cette mesure a permis aux participants d’exprimer par écrit les éléments qui leur étaient importants et de les représenter de toutes les façons possibles. L’intervieweur a eu l’occasion de poser des questions au sujet du scénario et de l’utiliser pour orienter la conversation et l’entrevue. Cette technique est utile pour développer des concepts englobant souvent un aspect cognitif, social et affectif, surtout dans les cas où les participants n’ont pas les compétences linguistiques suffisantes pour exprimer certains aspects de leur expérience ou leurs souhaits. Cette méthode est particulièrement efficace dans le cas des personnes au faible niveau de littératie. En plus de cette méthode, une approche théorique simplifiée reposant sur les faits relatifs aux données pour refléter la représentativité de l’objet des discussions et les points communs entre les différents contextes a été adoptée.

 

Selon les constatations, les problèmes relatifs à la santé mentale, les écarts sur le plan de l’éducation et les défis en matière d’emploi sont largement répandus. La plupart des réfugiés doivent suivre des cours linguistiques intensifs. De plus, les réfugiés courent un risque élevé face à l’isolement social et aux problèmes liés à la convalescence et aux traumatismes. En plus de ces défis, plusieurs réfugiés ont interrompu leurs études et ont des difficultés à effectuer la transition vers le système canadien. Les personnes intégrant le marché du travail sont préoccupées par la question d’avoir à faire reconnaître leurs compétences et leur formation. Également, de nombreux réfugiés s’inquiètent du fait que leurs titres ne seront pas reconnus par les employeurs canadiens. 

 

Du côté des filles et des femmes, la transition peut se révéler particulièrement difficile. Ces dernières doivent souvent faire face à des changements au niveau des normes culturelles au regard de leurs rôles dans la famille et des attentes, alors qu’elles s’intègrent dans la société canadienne.

 

Ces facteurs sont tous susceptibles d’influencer la participation et les résultats dans les programmes d’emploi. Donc, l’adoption d’une approche collaborative et intégrée de soins s’impose pour répondre aux besoins de cette jeune population. De concert avec d’autres ministères du gouvernement, EDSC procédera à l’adoption, et ce au début du printemps de 2017, d’approches pilotes étayées par ces constatations.

 

« Je pense que c’est l’histoire de ce pays : vous y arriver pour bâtir, pour vous-même et pour vos voisins, un avenir meilleur que vous n’auriez eu ailleurs dans le monde  ». 

Le premier ministre Justin Trudeau, le 24 novembre 2015

 

Tags: 
canada
refugiés
2017