Vous êtes ici

Comparaison de la position des diplômés universitaires sur le marché du travail

10 mars 2020

Il existe de grandes variations dans la position des diplômés universitaires sur le marché du travail. Les diplômés en dentisterie ont la meilleure position d'entrée sur le marché du travail. Le salaire horaire et le salaire annuel, en particulier, sont très bons. Les diplômés en littérature ont la plus faible position d'entrée sur le marché du travail. En outre, il existe une forte corrélation entre la position d’une personne sur le marché du travail au début de sa carrière et dix ans après l'obtention de son diplôme. 

 

Étude

 

La Recherché économique SEO et l’hebdomadaire Elsevier ont mené une étude sur la position des diplômés universitaires sur le marché du travail. Sur la base de cette étude, l'UWV a conduit une étude de suivi. 72 programmes de master ont été comparés les uns aux autres et classés en fonction de leur position sur le marché du travail, tant au début de carrière d'une personne que dix ans après l'obtention d’un diplôme.

 

 

Position la plus prospère sur le marché du travail

 

Au début de leur carrière, les diplômés en dentisterie sont les mieux placés sur le marché du travail, suivis par les diplômés en économie fiscale et en économétrie. La réussite sur le marché du travail dépend du temps nécessaire pour trouver un emploi convenable, du salaire horaire, du revenu annuel et d’un emploi permanent. Dix ans après l'obtention du diplôme, le top 3 est toujours constitué de ceux qui ont obtenu un diplôme en dentisterie, en économie fiscale et en finances. Les programmes de master offrent une position d'entrée sur le marché du travail relativement bonne. Dix ans après avoir obtenu leur diplôme de dentiste, le revenu annuel provenant du travail de ces diplômés est plus de trois fois supérieur à celui des personnes ayant obtenu un diplôme d'archéologie. 

 

Position la moins prospère sur le marché du travail

 

Au début de leur carrière, les diplômés en littérature, archéologie et en art et en culture se situent au bas de l’échelle sur le marché du travail. Dix ans après l’obtention de leur diplôme, les employés diplômés en archéologie, en neuroscience et en littérature occupent la position la moins prospère sur le marché du travail. En général, il n'y a pas de phénomène de rattrapage pour les études dont la position sur le marché du travail est (très) modérée et, parfois, cette position se dégrade même par rapport à d'autres études lorsque l'on considère le long terme. C'est le cas, par exemple, de l'archéologie et de la théologie.

 

Informer les étudiants

 

Ces résultats peuvent être utilisés afin de fournir de meilleures informations sur les choix d'études. Outre les intérêts et les compétences, les perspectives de carrière peuvent constituer un élément à prendre en considération dans le choix d'un programme d'études particulier. Un marché plus transparent contribuera à une meilleure articulation entre l'éducation et le marché du travail. Les étudiants seront peut-être moins nombreux à choisir des programmes d'études offrant des perspectives modérées sur le marché du travail. De plus, une meilleure information permettrait de réduire les regrets par la suite. 

 

Sources

 

Lisez la publication "Comparaison de la position des diplômés universitaires sur le marché du travail " qui contient une explication de la méthodologie utilisée ainsi qu’une explication de tous les résultats pour 72 programmes de master (disponible sur demande). Vous pouvez également lire la publication similaire pour l'enseignement professionnel supérieur (en néerlandais).

 

source: UWV, the Netherland's PES