Vous êtes ici

L'innovation au cœur des préoccupations

03 septembre 2015

Les Services Publics d’Emploi comme d’ailleurs l’ensemble des acteurs publics, se doivent d’évoluer, de se moderniser afin de répondre aux grands enjeux qui s’imposent à eux dans un monde du travail en profonde mutation.

Un vaste mouvement dans ce sens s’est organisé ces dernières années. Il vise principalement  l’amélioration de la qualité du service rendu aux citoyens et la maîtrise des finances publiques.

Dans ce contexte le management de l’innovation est un des leviers indispensables pour changer en profondeur les services publics d’emploi et fédérer les managers publics autour d’un projet collectif et porteur de sens.

 « Un Service Public de l’Emploi innovant »… cette phrase a longtemps pu s’apparenter à un oxymore tant le cadre d’intervention des services publics d’emploi pouvait paraître immuable et souvent même comme faisant partie intégrante de l’identité de ceux-ci. 

Et pourtant, ces réformes sont bien en marche et de nombreux services publics d’emploi mettent en œuvre de véritables politiques d’innovation avec un portage stratégique ancrée dans les valeurs de service public. Ce portage au plus haut niveau est sans nul doute un prérequis important mais loin d’être le seul.

Effectivement, impulser des démarches d’innovation nécessite une posture adaptée de la part de toute la ligne managériale afin de favoriser cette culture de l’innovation, de donner du sens, de libérer toutes les énergies créatives des collaborateurs, de mettre en place les systèmes ad hoc mais également d’accepter les prises de risques voire les échecs.

L’enjeu est particulièrement prégnant pour les Services Publics d’Emploi car il n’est pas seulement question d’innovations technologiques mais également, et surtout d’ailleurs, d’innovations organisationnelles, sociales et méthodologiques.

Les SPE ont à résoudre une équation qui peut paraître paradoxale, réduire les déficits publics tout en développant la qualité des services rendus.

En effet,  la pression financière accrue contraint les services publics à revoir leurs modèles d’organisation et de fonctionnement mais également à réduire ou à redéployer leurs moyens. 

Par ailleurs, ils se doivent de développer la  qualité des services rendus. C’est un constat largement partagé et ce pour plusieurs raisons.

Le Service Public d’Emploi n’est souvent plus le seul à intervenir sur les services aux personnes privées d’emploi et aux entreprises. Le paysage s’est considérablement complexifié avec, notamment, l’arrivée de prestataires privés qui, dans une logique de conquête de marché s’efforcent de constamment innover (personnalisation de l’offre de service, multiplication et combinaison des canaux de délivrances des services…) 

Les demandeurs d’emploi comme les entreprises s’habituent à ces nouveaux standards et ils s’attendent et souvent exigent même de retrouver de la part des services publics d’emploi des services au moins équivalents.

Cette « émulation » entre le public et le privé peut également se manifester quand on parle de besoins de main d’œuvre avec des recruteurs ayant un niveau d’exigence important et pouvant rapidement se désintéresser de l’offre de services d’un SPE au profit de cabinets privés générant certes des coûts mais proposant des services plus adaptés à leurs besoins avec un niveau de réactivité supérieur.

Ces démarches d’innovation nécessitent un travail important de réflexion en amont ainsi qu’une veille permanente sur les changements de société, les mutations en cours, les évolutions des attentes des demandeurs d’emploi et des entreprises. Elles nécessitent également de bâtir un vrai cadre incluant des éléments de management et des processus le tout permettant de transformer les idées en réalités opérationnelles.

C’est dans cette logique que de nombreux directeurs généraux de Services Publics d’Emploi, des gouvernants, des experts et des décideurs d’entreprises issus de 23 pays se réuniront à Dakar les 17 et 18 septembre afin de partager leurs visions et leurs expériences sur cette question de l’innovation qui semble, plus que jamais, au cœur des préoccupations.

Christine Malecka-AMSEP-2015

 

Tags: 
conférence
Afrique
2015