Vous êtes ici

Un partenariat renforcé entre le Québec et le Forem

05 février 2020

Le lundi 2 décembre, au lendemain des Journées Québec à Paris, le Forem et le ministère québécois de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration ont signé une entente relative au recrutement de travailleurs wallons par des entreprises québécoises. Cette entente permettra aux demandeurs d’emploi wallons de se voir offrir davantage d’opportunités d’emploi au Québec.

 

La rareté de la main-d’oeuvre au Québec est telle que ses entreprises connaissent de réelles difficultés à engager de nouveaux talents. Pour remédier à cela, le gouvernement québécois collabore avec de nombreux pays, dont la Belgique et bien sûr la Wallonie pour son public francophone. Depuis quelques années, le Forem informe les demandeurs d’emploi wallons sur les opportunités de travail au Québec, via notamment des séances d’informations qui préfacent les Journées Québec et les soutient dans leurs démarches de recherche d’emploi et d’immigration outre-Atlantique. Lors de ces Journées Québec en Europe, qui ont lieu deux fois par an au printemps et à l’hiver, des employeurs québécois viennent à la rencontre de potentiels employés, comme en décembre à Paris.

 

La convention qui a été signée  vise à renforcer la collaboration entre le Forem et le Québec. Les employeurs québécois pourront à l’avenir diffuser, plus largement et plus aisément, sur le site du Forem leurs offres d’emploi et espérer, de cette façon, recruter davantage de nouveaux talents wallons. Durant les trois premiers trimestres de 2019, 404.144 offres ont été publiées sur le site du Forem. Parmi elles, 5.892 concernaient des postes à l’étranger. Grâce à cette convention, ces chiffres devraient normalement connaitre une forte augmentation.

 

Le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec (MIFI) mettra à la disposition du Forem un point de contact unique. Cela permettra aux deux administrations d’échanger des informations, notamment à propos de situations particulières relatives aux demandes des employeurs québécois. De plus, les candidats recrutés auront également accès à ce point de contact unique. Ils pourront bénéficier des services d’un agent d’aide à l’intégration du MIFI et se verront ainsi proposer des renseignements et un parcours d’accompagnement personnalisé qui les guidera au travers de certaines démarches (démarches administratives, couverture sociale, équivalence des diplômes, information sur les régions du Québec, etc.).

 

Outre la publication des offres d’emploi québécoises sur son site, le Forem s’engage, au travers de cette convention, à poursuivre sa mission d’information auprès des demandeurs d’emploi sur les opportunités et les conditions de vie et de travail au Québec, notamment via l’organisation de séances d’information spécifiques et d’ateliers de travail du cv au format « québécois ». Il offrira davantage de soutien, le cas échéant, à l’organisation d’événements ou d’activités tels que des missions de recrutement, de la présélection, des entrevues à distance… Par ces actions, le Forem va élargir ces opportunités de travail à l’étranger pour les demandeurs d’emploi wallons.

 

Les opportunités d’emploi au Québec trouvent un large écho auprès des demandeurs d’emploi wallons

 

Les 21ème journées Québec à Paris se sont tenues en décembre. De nombreuses entreprises québécoises confrontées à des besoins de main-d’oeuvre sont venues rencontrer des candidats potentiels, avec dans leurs bagages près de 700 offres d’emploi. En octobre, trois sessions d’information organisées conjointement par le service Mobilité Internationale du Forem et le Bureau d’Immigration du Québec ont préparé les demandeurs d’emploi à ce rendez-vous incontournable. Plus de 130 personnes se sont ainsi rendues à Verviers, Gosselies et Nivelles en vue de recevoir des informations sur le Québec, sur les démarches administratives relatives à l’immigration ainsi que sur les secteurs en demande.

 

Chaque année, entre 200 et 300 Belges font le choix de partir travailler au Québec. Plus de 10.000 de nos compatriotes y vivent et y travaillent actuellement.

 

Thierry Ney

Directeur Communication corporate et Porte-parole